JO : un accélérateur pour la filière bois

Encadré de l’article des Echos du 16 septembre : Si le XXe siècle a privilégié le béton et l’acier, le XXIe siècle devrait réhabiliter le bois dans le BTP. Le cahier des charges de Paris 2024 est clair : les constructions doivent utiliser au moins 30 % de bois français. « De notre côté, nous visons 50 % ! indique Georges-Henri Florentin, président de France Bois 2024. Les JO vont nous donner l’occasion de prouver que la filière bois française a les capacités de servir les acteurs du BTP. »

Les promoteurs se tournent de plus en plus vers le bois pour ses qualités de construction, de durabilité et environnementales. « Si les bâtiments de grande hauteur peuvent tout à fait utiliser le matériau bois, détaille le président, ce sont surtout les maisons, [ou encore] les immeubles de 6 étages (moins de 28 mètres) qui devraient accroître son utilisation. »

L’idée n’est pas de forcément tout construire en bois, mais d’utiliser le plus souvent du bois, en symbiose avec d’autres matériaux : béton, acier, matériaux biosourcés… « Les mixes fonctionnent très bien, précise-t-il. Nous travaillons avec la Solideo et le CSTB pour augmenter le nombre de façades en bois ou portées par des ossatures bois dans les projets JO. »

France Bois 2024 souhaite faire passer de 10 % à 20 % la part du bois dans la construction, et ce de par l’exemplarité de ses réalisations – et celle notamment du village Olympique -, et accroître ainsi la production française, afin de limiter les importations et de privilégier les circuits courts.

https://www.lesechos.fr/thema/mipim-2020/crise-sanitaire-des-menaces-planent-sur-le-grand-paris-et-les-jo-de-paris-2024-1242801

Financé par

logo-codifab
logo-fbf

Avec le soutien du

logo CSF BOIS-3